Saquez le vieux Micromegas et remplacez le par un Na’vi de Pandora un peu plus branché

Je suis un lecteur fidèle d’InternetActu site que je trouve intelligemment fait et plein de pistes passionnantes. Inutile de dire qu’un de leurs derniers article : « Apprendre autrement : un scénario prospectif »me semblait incontournable tellement il rejoint les préoccupations de ce blog. Il s’agit en fait de l’écho d’un texte rédigé par Jean Salmona dans une toute nouvelle publication ParisTech Review. J’ai essayé, sans succès, de mettre un commentaire sur le site d’InternetActu, je suppose que mon texte était trop long. Je vous le livre donc ici.

L’essai se veut provocateur ? J’ai été un peu déçu… D’abord il commence plutôt mal en faisant remonter le système actuel à 2000 ans. La fonction ne se réduit pas à la forme, le fait qu’un adulte parle devant des jeunes n’implique pas que les systèmes soient identiques. D’abord les élèves de Platon n’étaient pas des gamins. Ensuite la vocation de l’éducation ne vise plus vraiment au « connais-toi toi-même » ou à la formation du sage mais bien à celle de citoyens responsables et d’agents économiques performants. Grosso modo le système français a été créé par le Premier Empire qui avait besoin de fonctionnaires pour remplacer l’aristocratie d’Ancien Régime et il a été adapté à la Révolution industrielle par la 3e République. Quand à la période la plus récente elle est marquée par la nécessité de faire atteindre un niveau de formation élevé à une majorité de jeunes. « 80% de réussite au bac » est un slogan qui aurait certainement laissé le vieux Platon un tantinet rêveur…

Amusant aussi de voir comme ce texte est finalement respectueux des structures établies sous ses aspects révolutionnaires. Par exemple la permanence de l’établissement scolaire en tant que lieu d’enseignement n’est pas remise en cause, alors que les jeunes utilisent abondamment les outils de communication, que Second Life propose une plate-forme potentielle déjà très utilisée par des écoles aux Etats-Unis, que Facebook et MSN servent aux adolescents pour faire leurs devoirs ensemble. Si je cite cet exemple c’est qu’un billet récent de ce blog en parlait.

De même l’esprit du Web 2.0 semble un peu absent quand le processus d’élaboration des contenus débouche sur rien moins que la constitution d’une instance nationale et consensuelle. Tant qu’à vouloir révolutionner le système pourquoi ne pas faire voler en éclats les structures qui portent la responsabilité des plus fortes pesanteurs ? Pourquoi toutes les écoles poursuivraient-elles un même but, pourquoi ne pas laisser aux élèves la possibilité d’inventer eux-mêmes leur corpus et leur parcours avec, par exemple, l’aide de tuteurs (comme ceux dont parlent l’article), de coachs ou de conseillers ?

Quand à l’idée de faire pratiquer la leçon par des acteurs ou des personnalités disposant d’un certain charisme je reconnais que ce pourrait être une solution intéressante pour le problème des intermittents du spectacle, mais c’est pédagogiquement aussi efficace que ces collèges anglais qui remplacent les profs par des videurs de boîtes de nuit histoire d’avoir des classes tranquilles.

Un cours efficace est un cours où il y a dialogue entre l’enseignant et ses élèves, un cours passionnant est celui où le prof pense devant ses élèves et avec eux, interroge les contenus et les notions. Là, il est clair que c’est avec tout l’ennui qui hanta ses cours de lycée que Jean Salmona règle ses comptes, on le comprend, on l’excuse mais il existe d’autres façons d’apprendre, et de meilleures, que d’assister à un cours magistral, fut-il chanté par Lady Gaga.

Autre préjugé d’adulte, l’idée selon laquelle on ne peut faire évaluer un élève par une machine. Voilà longtemps que certains logiciels ont réussi le test de Turing, du moins pour l’utilisateur lambda. Les élèves leur font assez confiance pour accorder du crédit aux tests de personnalité de Facebook, pourtant d’une indigence crasse. De plus l’ordinateur est totalement insensible à la coupe de cheveux, à la tenue vestimentaire, à l’allure insolente qui influencent un évaluateur humain. L’ordinateur ne pratique ni le sarcasme, ni l’ironie facile et les ados ont à leur contact plus l’impression d’être évalués et moins celle d’être jugés. Pour toute évaluation qui ne requiert pas une analyse trop complexe de la prestation du candidat, l’ordinateur fait, au moins, jeu égal avec un enseignant.

Voilà pour un texte qui se voulait quelque peu provocateur, il est clair que dans ce domaine là on pouvait faire mieux sans beaucoup de difficultés. Pas de réelle réflexion sur la pédagogie, pas assez d’implications des technologies en voie d’émergence, trop peu pour l’esprit web 2.0. Les Extra-Terrestres ne sont plus ce qu’ils étaient et Micromegas est mal informé. Puis-je vous suggérer de jeter un œil à cette vidéo autrement stimulante.

Mon sentiment c’est que le texte de Jean Salmona est moins une véritable tentative pour rénover l’enseignement que le cri d’angoisse d’un parent d’élève inquiet de voir ses enfants fréquenter une institution en voie de rapide ringardisation, doublé d’un ancien élève intelligent et donc frustré. Là, nous pourrions trouver un point d’accord.

P.S. : J’ai connu InternetActu moins frileux. L’idée du jeu comme support pédagogique et comme modèle de l’enseignement n’a rien de vraiment provocateur. Cela a été longuement et efficacement développé par James Paul Gee (voir, entre autres, le §5 de la page qui lui est consacrée sur la Wikipedia. De même, personnellement,  je ne trouve pas l’éditorial de François Jarraud si excitant que cela (sur ce blog voir « loin des Assises du Numérique« )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s