Finlande

Le succès du système finlandais nous questionne. La réponse ne porte peut-être pas uniquement sur l’école mais aussi sur la capacité de toute une société à se tourner vers l’avenir.

Une remarquable interview de Claude Antilla dans l’espresso du Café pédagogique du 10 novembre nous ramène à l’incontournable exemple finlandais, celui d’un système scolaire qui semble réussir mieux que beaucoup d’autres. Bien sûr personne ne prétend que le modèle finlandais est parfait. Les réserves sont nombreuses et nous permettent d’éviter l’illusion qu’il y aurait, là-bas, près du Cercle Polaire, une nation où l’école fonctionne à merveille, où tous les élèves sont heureux et qu’il suffirait de s’inspirer de ce modèle pour produire approcher l’idéal pédagogique. N’empêche…

Les résultats que les jeunes finlandais obtiennent aux évaluations internationales sont nettement meilleurs que ceux obtenus chez nous. Surtout le système semble efficace à atténuer les différences liées à l’origine sociale ce à quoi est impuissant le système éducatif français. Or dans le contexte économique présent ce devrait être une priorité que d’élever le niveau d’étude de toute la population. Dans sa présentation le Café pédagogique met d’ailleurs le doigt sur un fait qui me semble central dans cette question :

« Dans un entretien accordé par Claude Antilla, une enseignante française spécialiste de la Finlande, il apparaît que la Finlande a une politique sociale avancée. Et que cela contribue aussi à l’effort scolaire. Il apparaît aussi que grâce à cet effort scolaire elle a une politique économique qui lui permet de développer une économie de l’innovation. Et du coup, ce petit pays longtemps dans l’ombre de la Russie gagne en indépendance et voit son poids politique renforcé. »

Le lien entre la politique sociale, l’école, le dynamisme économique et la créativité des entreprises demande certes à être précisé. Cependant quelque chose se dégage de l’ordre d’une cohérence. Celle voulue, bien sûr, par l’auteur de l’article. Mais au delà on ne peut manquer de s’interroger sur le lien qui peut exister entre une économie dynamique et innovante et un système éducatif efficace pour les élèves et pour le pays. Il faudrait pour aller vraiment plus loin des compétences dont je ne dispose pas.

Pourtant mon impression dominante est que l’un n’explique pas l’autre, pas plus que le second n’est la cause du premier. C’est plutôt comme si on avait d’une part un Etat dynamique, tourné vers le futur et pouvant facilement marquer une rupture avec son passé ; et de l’autre une Nation dont l’héritage devient fardeau. Souvenirs d’une gloire passée, rêves d’un mythique âge d’or rivalisent pour nous empêcher d’affronter l’avenir tandis que des structures héritées de la révolution industrielle entravent beaucoup d’initiatives novatrices.

A ce stade il est classique d’en venir à l’opposition publique contre privée, Etat contre entreprise, etc. S’il est cependant une chose importante que nous enseigne la Finlande c’est bien qu’il est possible de faire vivre un système éducatif public, souple, novateur et efficace. La question n’était donc pas là… qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s