Courants pédagogiques et TIC, une phrase de Pierre Frackowiak

Le courant des « pédagogues novateurs » se heurte aujourd’hui à internet. Il est moins question de technophobie que d’incompréhension.

Pierre Frackowiak était très récemment interviewé par le Café pédagogique. Le titre de l’article est extrait de l’entretien : « Aucune réforme ne pourra réussir si on met pas l’élève au coeur du système« , tout le reste va dans le même sens et Pierre Frackowiak met avec clarté, sincérité et sa vigueur de propos habituelle le doigt sur certains des dysfonctionnements de l’école. Je ne peux que vous conseiller cette lecture.
J’avoue cependant avoir souri à la lecture d’un paragraphe où l’interviewé répond à la question suivante :
Vous êtes très critique sur les neurosciences, les tice. Votre ouvrage ne risque-t-il pas d’apparaitre passéiste ?

Mon problème [est que], et le ministre vient à nouveau de le prouver, on tend à faire penser que la technique va sauver l’école. Ce qui est idiot et dangereux. Le passage du porte-plume au stylo n’a rien changé des pratiques pédagogiques. Le passage du tableau noir au TBI risque fort de renforcer le modèle de la transmission, mieux illustrée, que j’évoquais précédemment. Or c’est ce modèle qu’il faut changer.

En un bref paragraphe nous voilà au coeur du débat. Analyse en trois partie…

On tend à faire penser que la technique va sauver l’école. Ce qui est idiot et dangereux.

Cela suffit-il à faire de Pierre Frackowiak un technophobe fanatique? Pense-t-il vraiment que les apports de la technique sont dangereux? trouve-t-il idiot de lui faire confiance? On retrouve là un réflexe traditionnel de défiance envers la technologie. Toute une pensée humaniste sépare l’homme de la technique, comme ce vieux réflexe qui oppose travail manuel et activité intellectuelle. D’un autre côté Pierre Fravkowiak n’est pas ignorant de la réalité technique, il nous dit que son petit-fils le tient informé des derniers développements. Mon argument est de parfaite mauvaise foi, comme toujours dans les premières parties.

Le passage au TBI risque fort de renforcer le modèle de transmission.

On le voit, loin d’être technophobe Pierre Frackowiak est lucide sur les enjeux. La technologie n’est qu’un outil, c’est l’utilisateur qui lui donne un sens. Des technologies attractives peuvent être utilisées pour retrouver un moment l’attention des élèves et pacifier le cours, rétablir le mécanisme de transmission des connaissances du maître vers l’élève au détriment de l’autonomie de ce dernier. TIC n’est pas synonyme d’efficacité pédagogique, du moins telle que nous l’entendons ici et que Pierre Frackowiak la défend.
Le procès en mauvaise foi que je me suis intenté à moi-même suit son cours. Il n’est pas question d’attaque contre les technologies de l’information et de la communication, c’est une position raisonnable et balancée que défend l’interviewé, oui à l’apport des technologies mais c’est la pédagogie qui doit être prééminente. Cependant…

Le passage du porte-plume au stylo

Peut-être avez-vous, vous aussi, noté cette phrase que Pierre Frackowiak avait déjà utilisé ici :

Le passage, difficile et contesté, du porte-plume au stylo à bille n’a rien changé. Certains avaient naturellement accusé le stylo de tous les maux, des dégâts sur les mots à la disparition de l’exigence et de la rigueur, mais le porte plume ne se trouve plus que dans les nombreux petits musées de l’école d’autrefois. Nostalgie quand tu nous tiens ! La période radio/télé, que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître, a laissé des restes dans de nombreuses écoles. A côté des projecteurs de diapositives et de films fixes, remarquables appareils à double usage, on trouve dans les greniers des écoles, ou encore dans les classes, des téléviseurs qui ont été réclamés, parfois à grands cris, pour moderniser l’enseignement et l’adapter à l’évolution du monde. Ils ont un peu servi un temps en début d’après-midi pour des émissions spécialement conçues pour l’école.

Tout est dit. Entre ceux qui, comme Michel Serres, voient dans internet un outil aussi, ou plus, révolutionnaire que l’imprimerie et ceux qui ne considèrent que la modification instrumentale le fossé est immense. Internet n’est, pour Pierre Frackowiak, qu’une technique comme une autre, une technologie comparable à la télévision, à la machine à écrire ou au stylo-bille. La force avec laquelle le réseau modifie nos relations au savoir, la quantité de ressources qu’il met à notre disposition, son émergence en tant qu’environnement social et économique ne changeraient ni les objectifs de l’école, ni les procédures? Le problème n’est-il pas justement que le web menace l’école en tant que structure unique d’apprentissage? Les pédagogies centrées sur la classe risquent de devenir aussi obsolètes que les démarches centrées sur l’enseignant. A tout le moins il leur faudra faire une place à d’autres contextes pédagogiques. Le même Café pédagogique qui interroge Pierre Frakowiack demandait récemment aux enseignants quels usages ils faisaient du Web 2.0. Dans un avenir proche il faudra changer la perspective et s’interroger sur ce que ce même Web 2.0 peut apporter aux élèves dans leur demande de formation.

A travers ce court paragraphe c’est toute une génération de pédagogues que l’on devine en train de glisser vers l’histoire de l’enseignement. Pas question de négliger l’importance de leur apport, il faut cependant constater que le cadre de référence sur lequel s’appuyait leur réflexion se dissout de plus en plus rapidement. Peut-être est-il temps de s’interroger sur ce qui, dans cet héritage considérable, conservera puissance et pertinence pour la période qui s’ouvre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s