Propositions : l’enseignement dans 10 ans.

Il est très difficile de deviner l’avenir d’une activité aussi complexe que l’éducation. Il y a fort à parier que les tendances lourdes ont peu d’avenir. Il peut cependant être stimulant d’essayer de projeter des tendances encore marginales mais qui semblent pleines d’avenir.

Taiga est un groupe de bibliothécaires universitaires américains désireux de repousser les limites traditionnelles de leur activité face à l’évolution rapide de la technologie. Lors de sa première réunion en 2006 ils ont utilisés une série de 15 affirmations provocatrices pour stimuler leur réflexion et dégager de nouvelles perspectives. Vous trouverez ce texte ici. A l’époque la problématique était bien sûr l’extraordinaire montée en puissance des moteurs de recherche en général et de Google en particulier qui remettait en question le catalogage traditionnel, les catalogues en ligne et la fonction même du bibliothécaire. Depuis une autre version des “provocative statements” est parue en 2009 pour le Congrès de L’ALA (American Librarian Association). Dans la perspective du prochain forum de la même association une nouvelle série de provocative statements a été concue que vous pouvez trouver sur le blog de Taiga.

La démarche est relativement simple : prendre une tendance encore minoritaire mais qui semble dynamique et l’extrapoler sur les 10 prochaines années. Je me suis donc livré à cet exercice en partant de quelques idées simples, des tendances manifestes et de ce que l’on discerne des aspirations des différents partenaires. Résultat ? Les douzes propositions ci-dessous :

Dans 10 ans :

  1. Les réseaux sociaux, Facebook ou ses successeurs et leurs concurrents joueront un rôle central dans l’enseignement. D’abord en permettant la constitution de groupes d’intérêt, ensuite en offrant des cours structurés, enfin en mettant en relation une offre et une demande de formation ;
  2. Certains moteurs de recherche proposeront de présenter les résultats d’une requête sous la forme d’informations structurées comparables à un cours. Les niveaux de difficultés seront variables et des batteries d’exercices ou de quizz aideront l’utilisateur dans son apprentissage ;
  3. Le concept de discipline scolaire aura disparu au profit d’une acquisition et d’une validation par champs de connaissances et par compétences ;
  4. Les meilleures universités ne demanderont plus le baccalauréat, trop centré sur les seules connaissances, mais feront passer des examens d’entrée destinés à révéler les capacités d’apprentissage et le potentiel de créativité des candidats ;
  5. L’Education nationale sera sur le point de terminer paisiblement sa lente implosion ;
  6. La majorité des enseignants seront des travailleurs indépendants. Ils s’inséreront dans des  modèles économiques divers depuis l’intervention à domicile jusqu’à une extension du mechanical turk d’Amazon, en passant par l’enseignement à distance ou la participation à des sessions de formation organisées par des groupes d’apprenants ;
  7. Les futurs enseignants seront formés par des organismes privés ou publics de dimension internationale (Universités, écoles professionnelles,…). La qualité de la formation reçue permettra l’accès plus ou moins aisé à un emploi. Le salaire initial sera fonction des diplômes, de la qualité de la formation reçue et de la rareté des candidats pour le poste ;
  8. Les manuels scolaires auront été remplacés par des programmes d’apprentissage assisté qui fourniront aux apprenants de tous âges des informations et des sources d’informations, des exercices d’auto-évaluation, et d’autres ressources. Ces logiciels assureront en coopération avec des tuteurs et des enseignants-conseillers la cohérence du projet de formation de chaque individu ;
  9. Un  réseau serré de centres d’évaluation permettra à chacun de faire évaluer à tout moment son degré de connaissance et d’expertise d’un sujet. Le résultat d’une évaluation sera inscrit dans un porte-folio où chaque individu tiendra à jour son parcours de formation et les certifications obtenues ;
  10. Les lieux, les structures et les styles de formation seront variés : bibliothèques, domiciles, institutions spécialisées, école startup, univers virtuels,  jeux en ligne… Un même individu pourra fréquenter plusieurs d’entre-eux en fonction de ses besoins ;
  11. De nouvelles compétences seront considérées comme importantes et intégrées dans l’évaluation des systèmes éducatifs nationaux : la créativité, la prise d’initiative, l’adaptabilité etc. ;
  12. Des évaluations comparables à PISA seront créées pour l’enseignement supérieur, la formation en entreprise, les réseaux d’enseignement à distance,… Ces évaluations seront prises en compte dans la notation des économies nationales.

Vous trouvez ces propositions excessives et extravagantes, et je ne suis pas loin de partager votre point de vue. D’une part rédigées par une seule personne elles sont partielles et partiales. Elles appellent la critique et le commentaires, d’autres propositions sont possibles,… N’hésitez pas. Sont-elles invraisemblables?  Si  vous vous tournez vers les 10 années qui viennent de s’écouler vous admettrez avec moi qu’il était impossible, en 2000 de prévoir certaines des situations que nous connaissons aujourd’hui. L’un des aspects les plus significatifs reste, à mon avis, que la question éducative se hisse lentement parmi les préoccupations de beaucoup d’organisations internationales ou nationales, publiques ou privées.
Dans ce contexte on peut hésiter entre deux attitudes. Soit essayer de préserver ce qui peut l’être en acceptant à regret les changements vraiment inévitables, soit se projeter vers l’avenir en imaginant ce que nous voulons faire de l’école. Cette deuxième attitude suppose imagination et pragmatisme, elle suppose aussi une mise en commun, un travail de groupe, une circulation de l’information, une démarche d’échange et d’écoute. Je pense qu’un site comme le tout nouveau educavox pourrait ouvrir un forum sur le sujet. Cela dit Solution de Continuité pourrait, avec de plus modestes moyens, initier une démarche. Ce pourrait même donner lieu à une occasion de rencontre entre nous… Après tout, pourquoi pas ?

Qu’en pensez-vous ?

2 réflexions sur “Propositions : l’enseignement dans 10 ans.

  1. Proposition 13 : des instruments de certification des compétences informelles et formelles seront mis en place au niveau européen et international, permettant une mobilité accrue en terme d’éducation et d’emploi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s