Merci Facebook

Larry D. Rosen professeur de psychologie à l’Université d’Etat de Californie ajoute une pierre à l’édifice déjà consistant des contributions concernant l’impact de Facebook sur les adolescents. Peu de réelles nouveautés cependant dans sa présentation devant le 199e Congrès de l’Association Américaine de Psychologie.

Les adolescents qui utilisent régulièrement Facebook sont plus narcissiques que leurs pairs. De même les post-adolescents hyper usagers du réseau social se révèlent plus souvent sujets à des troubles psychologiques dont une plus grande agressivité.

La fréquentation excessive des médias a des conséquences négatives sur la santé mentale des jeunes (dépression, anxiété, …) et sur leur future santé physique.

Le docteur Rosen relève aussi quelques effets positifs : les plus introvertis peuvent trouver un moyen de se socialiser en utilisant les écrans, les jeunes usagers des réseaux sociaux manifestent plus d’empathie « virtuelle » et Facebook peut être positivement utilisé pour l’enseignement.

La critique habituelle s’impose, il n’est pas possible de savoir si Facebook est à l’origine des comportements des adolescents ou si, ces comportements étant déjà là, ils rendent Facebook plus attractif pour ces jeunes. Deviens-je narcissique parce que je fréquente Facebook plus d’une heure par jour ou est-ce parce que je suis narcissique que l’on me voit si souvent sur les réseaux sociaux… ?

La communication du professeur Rosen se termine sur deux remarques qui, elles non plus ne nous apportent pas grand chose de neuf. Cependant il est intéressant de les voir réaffirmées. D’abord il est inutile d’espérer bloquer les adolescents dans leur désir d’accéder aux réseaux sociaux, quoique vous fassiez ils se débrouilleront pour contourner les obstacles que vous mettrez sur leur chemin.

Plus intéressant encore le psychologue incite fortement les parents à engager le dialogue avec leurs enfants :

 

He encouraged parents to assess their child’s activities on social networking sites, and discuss removing inappropriate content or connections to people who appear problematic. Parents also need to pay attention to the online trends and the latest technologies, websites and applications children are using, he said.

“Communication is the crux of parenting. You need to talk to your kids, or rather, listen to them,” Rosen said. “The ratio of parent listen to parent talk should be at least five-to-one. Talk one minute and listen for five.”

Parlez pendant une minute et écoutez pendant cinq. Ce conseil inclut tout ce qu’un dialogue parent-enfant suppose d’attention, de bienveillance et de confiance. Supposons que tous les parents préoccupés par ce que leurs enfants font de l’internet accèdent à cette démarche et qu’ainsi ils ouvrent la voie pour la majorité des parents. Supposons que, par une contagion inattendue mais pas impossible, la grande majorité des enseignants s’engage dans cette même attitude. Imagine-t-on l’immense service que Facebook aurait rendu à l’humanité?

A few proposals: education in 10 years time.

(The original and french version of that article by JP Jacquel is here.)

It is very difficult to guess the future of an activity as complex as education. One could bet that trends have little future. However, it can be challenging to try to project some trends that seem today marginal but still full of future.

Taiga is a group of U.S. academic librarians who want to push the traditional boundaries of their activity against the rapidly changing technology. On the occasion of their first meeting in 2006 they had proposed a series of 15 provocative statements to stimulate their thinking and develop new perspectives. You will find this text here.

At the time the problem was of course the extraordinary rise of search engines in general and Google in particular that was challenging the traditional cataloging, online catalogs and the very function of the librarian. Since that time, another version of « provocative statements » was published in 2009 for the Congress of ALA (American Librarian Association). In view of the upcoming forum of the same association a new series of provocative statements was conceived that you can find on the blog of Taiga.

The process is relatively simple: consider a trend still emergent but that seems dynamic and extrapolate it over the next 10 years.

In that spirit, I have decided to do the same thing starting with a few simple ideas, and clear trends. What is the result? The twelve proposals below:

Lire la suite

Extreme parenting? Vous traduisez cela comment en français ?

Quand nos élèves ne sont pas à l’école où sont-ils, que font-ils et cela nous importe-t-il? En général ils sont avec leurs pairs, et c’est le plus souvent ce qu’ils préfèrent ; chez les parents ou dans un garage, dans la rue ou sur Facebook, ils “socialisent”, activité formatrice et qui jouera un rôle considérable dans leur développement ultérieur. Autre lieu d’influence : les médias et bien sûr la télévision qui nourrit leur imaginaire pour le meilleur et pour le pire. Enfin ils peuvent être avec leurs parents et de tous ces milieux, c’est le seul avec laquelle l’enseignant puisse dialoguer, le seul qu’il puisse influencer, d’où, peut-être, une légère surestimation de son importance réelle dans les conversations de salle des professeurs.
Qu’attendons-nous en fait des parents? Si vous n’avez pas passé ces derniers mois sur une île coupée d’internet, donc du monde, vous devez connaître Amy Chua, la “Tiger Mother”.  Cette mère sino-américaine a occupé une place de choix dans plusieurs médias à travers le monde. Mme Chua est professeure de droit à Yale, elle a précédemment enseigné dans d’autres universités prestigieuses, elle est l’auteure de deux livres de politique internationale unanimement salués par la critique : “World on Fire” (traduction française “Le monde en feu : Violences sociales et mondialisation” – Paris, Seuil, 2007) et Day of Empire : How Hyperpowers rise to global dominance (Doubleday, 2007).

Tout commence avec un article du Wall Street Journal annonçant un nouveau livre “Battle Hymn of the Tiger Mother” (Bloomsburry) dans lequel elle explique comment et pourquoi les mères chinoises sont nettement plus efficaces que les occidentales : elles ne laissent pas leurs enfants être médiocres, elles ne les autorisent pas à perdre leur temps a des amusements scolairement inutiles, elles choisissent leurs activités extrascolaires et ne leur permettent pas de ne pas jouer du violon ou du piano. La réussite scolaire est pour les parents chinois la preuve d’une éducation réussie. C’est ce que dit Mme Chua. Son dernier livre n’a donc rien à voir avec la géo-politique mondiale et moins encore avec la diplomatie. Vous trouverez ici un bon résumé de ce qu’il faut savoir sur elle ainsi que certains des commentaires qui ont accompagné la parution de son livre. Lire la suite

Propositions : l’enseignement dans 10 ans.

Il est très difficile de deviner l’avenir d’une activité aussi complexe que l’éducation. Il y a fort à parier que les tendances lourdes ont peu d’avenir. Il peut cependant être stimulant d’essayer de projeter des tendances encore marginales mais qui semblent pleines d’avenir.

Taiga est un groupe de bibliothécaires universitaires américains désireux de repousser les limites traditionnelles de leur activité face à l’évolution rapide de la technologie. Lors de sa première réunion en 2006 ils ont utilisés une série de 15 affirmations provocatrices pour stimuler leur réflexion et dégager de nouvelles perspectives. Vous trouverez ce texte ici. A l’époque la problématique était bien sûr l’extraordinaire montée en puissance des moteurs de recherche en général et de Google en particulier qui remettait en question le catalogage traditionnel, les catalogues en ligne et la fonction même du bibliothécaire. Depuis une autre version des “provocative statements” est parue en 2009 pour le Congrès de L’ALA (American Librarian Association). Dans la perspective du prochain forum de la même association une nouvelle série de provocative statements a été concue que vous pouvez trouver sur le blog de Taiga.

La démarche est relativement simple : prendre une tendance encore minoritaire mais qui semble dynamique et l’extrapoler sur les 10 prochaines années. Je me suis donc livré à cet exercice en partant de quelques idées simples, des tendances manifestes et de ce que l’on discerne des aspirations des différents partenaires. Résultat ? Les douzes propositions ci-dessous : Lire la suite

La citation du dimanche

Actualité de l’humanisme…

A tant son père aperceut que vrayement il estudioit très bien et y mettait tout son temps, toutefoys qu’en rien ne prouffitoit et, que pis est, en devenoit fou, niays, tout resveux et rassoté.

De quoi se complaignant à Don Philippe des Marays, vice roy de Papeligosse, entendit que mieulx luy vauldroit rien n’apprendre que telz livres soubz telsprecepteurs aprendre, car leur sçavoir n’estoit que besteries et leur sapience n’estoit que moufles, abastardissant les bons et nobles esperitz et corrompent toute fleur de jeunesse.

Rabelais. Gargantua chap. XV

(traduction vite fait mal fait :

Alors son père s’apercut qu’il étudiait vraiment avec application et y passait tout son temps, toutefois il n’en tirait aucun profit et, pire, il en devenait fou, niais, rêveur et sot.

Comme il s’en plaignait à Don Philippe des Marays, vice roi de Papeligosse, il comprit qu’il vaudrait mieux pour lui ne rien apprendre que dans de tels livres avec de tels précepteurs, car leur savoir n’était que bêtises et leur sagesse niaiseries abâtardissant les esprits de qualité et corrompant le meilleur de la  jeunesse.

(n’hésitez pas à suggérer des améliorations !)

Appréciations diverses

Les discours sur le système éducatif français sont souvent contradictoires. Le dernier hors-série d’Alternatives économiques permet de prendre connaissance de certaines données statistiques qui éclairent le débat. À les lire ce qui frappe surtout c’est le caractère inégalitaire et la relative inefficacité de l’éducation en France.

L’hebdomadaire “Le Point” dans son édition du 7 octobre p.37 présente un extrait du livre de Mme Yade : Lettre à la jeunesse ( Grasset). La première phrase du passage cité retient votre attention : “Contrairement aux vains débats de ces dernières années, ni la question des moyens (nous dépensons plus que nos voisins pour l’Education nationale), ni la qualité de nos enseignants (qui sont bons), ni le nombre d’élèves par classe (pas plus élevé en France que chez nos voisins) n’explique la gabegie : le fond du problème est le collège unique.”
Déclaration en face de laquelle il faut mettre cet extrait de l’Appel de Bobigny :
“Nous proposons donc une véritable politique publique de l’éducation à la hauteur des enjeux démocratiques du 21e siècle et nous appelons la Nation à se mobiliser pour les moyens de sa mise en oeuvre.
En effet la France est loin du compte pour la part du PIB consacrée à l’éducation et la jeunesse.”
Net désaccord sur ce point, important à défaut d’être essentiel : l’investissement de la Nation en matière éducative est-il suffisant ?
Pour ceux qui n’ont pas vraiment le temps d’interroger les bases de données statistiques, mais souhaitent en savoir plus,  je recommande de lire le dernier hors-série d’Alternatives économiques (n°90, 4e trimestre 2010) Cette publication  présente, sous forme de diagrammes très lisibles, un état de l’économie et de la société. L’éducation en France y est présentée sur une double page (pp. 62 et 63). Lire la suite

Einstein : séquence jeu

L’art de l’aphorisme est un exercice délicat, très insuffisant pour exprimer la pensée diront immédiatement certains, car trop réducteur. En effet c’est court, par principe. Mais c’est aussi une sorte de condensé stimulant intellectuellement, et puis cela nous fait sourire le plus souvent, ce qui n’est pas négligeable. Le revers de la médaille est qu’il offre aussi l’occasion de vernir la pensée blafarde de certains salonnards bombeurs de torse. Il se fait alors lieu commun, formule déclamatoire, ce qui l’éloigne de sa vraie nature.

J’apprécie quant à moi sa qualité d’aiguillon, ou de lièvre, pour une pensée en mouvement. Le style a son importance certes, mais pour mieux servir le sens.

En bref, c’est bon pour la tête, c’est souvent un excellent outil pédagogique, et c’est le plus souvent un bon point de départ pour une discussion plus approfondie.

Certains auteurs s’en sont fait une spécialité, en tout cas c’est ainsi qu’on les perçoit, et sont très fréquemment cités, parfois à propos, parfois mal, et parfois même à tort. En effet certains d’entre eux sont si fréquemment cités qu’on leur attribue beaucoup de ces courtes phrases qu’ils n’ont jamais pourtant prononcées. Mais leur style, leur caractère provocateur, la vivacité de leur esprit conjugué à la fréquence de leurs prises de parole, leur visibilité ou leur respectabilité, font qu’ils deviennent auteurs malgré eux, tribuns serviteurs de formules anonymes et de propos en mal de paternité.

Albert Einstein fait très certainement partie de ces hommes brillants, provocateurs, à la parole libre et libérée, et nombreuses sont ses citations, en particulier à propos d’éducation. Ce génie s’est toujours préoccupé d’enseignement, pas nécessairement d’ailleurs parce qu’il aurait lui-même eu des troubles d’apprentissage du fait de sa dyslexie. Cela resterait à prouver. Sans doute plutôt parce qu’il était en rupture vis-à-vis d’une méthode d’enseignement par trop basée sur le langage, la reproduction, ou la discipline et dans laquelle il ne se retrouvait pas et qu’il dénonça. Il réfléchit beaucoup aux questions d’intelligence, d’éveil de l’esprit, et donc à l’école supposée y contribuer…

Voilà pourquoi j’aimerais aujourd’hui vous livrer quelques unes de ses réflexions, sans que je puisse donc vous garantir qu’il en fut vraiment l’auteur… Qu’importe ! Elles sont tout autant évocatrices et stimulantes, et j’espère qu’elles sauront aiguiller votre esprit et susciter vos réactions. Choisissez donc votre préférée et expliquez votre choix ! ( English is most welcome )

C’est en français et en anglais, pour varier un brin et complaire à notre public polyglotte :

En français :

« Si vous ne pouvez expliquer un concept à un enfant de six ans, c’est que vous ne le comprenez pas complètement »

« La folie c’est de se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent. »

« Une personne qui n’a jamais commis d’erreurs n’a jamais tenté d’innover. »

« L’école devrait toujours avoir pour but de donner à ses élèves une personnalité harmonieuse et non de les former en spécialiste. »

“On ne peut pas résoudre des problèmes en utilisant la même façon de penser que celle qu’on avait quand nous les avons créés »

« La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information. »

«  C’est le rôle essentiel du professeur d’éveiller la joie de travailler et de connaître. »

“L’enseignement devrait être ainsi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimable mais jamais comme une contrainte pénible.”

En anglais :

« Intellectual growth should commence at birth and cease only at death »

« The only thing that interferes with my learning is my education. »

“Imagination is more important than knowledge.”

“It’s a miracle that curiosity survives formal education”

“Education is what remains after one has forgotten everything he learned in school”

“Anyone who has never made a mistake has never tried anything new.”

“Everything should be made as simple as possible, but not simpler.”

“Common sense is the collection of prejudices acquired by age eighteen.”

“The important thing is not to stop questioning. Curiosity has its own reason for existing.”

“Do not worry about your difficulties in Mathematics. I can assure you mine are still greater.”

“Never regard your study as a duty, but as the enviable opportunity to learn to know the liberating influence of beauty in the realm of the spirit for your own personal joy and to the profit of the community to which your later work belongs.”

“Most teachers waste their time by asking questions which are intended to discover what a pupil does not know, whereas the true art of questioning has for its purpose to discover what the pupil knows or is capable of knowing.”

“Humiliation and mental oppression by ignorant and selfish teachers wreak havoc in the youthful mind that can never be undone and often exert a baleful influence in later life.”

“The aim (of education) must be the training of independently acting and thinking individuals who, however, can see in the service to the community their highest life achievement.”

“Teaching should be such that what is offered is perceived as a valuable gift and not as a hard duty.”

“In the teaching of geography and history a sympathetic understanding (should) be fostered for the characteristics of the different peoples of the world, especially for those who we are in the habit of describing as « primitive. »

Et puis, pour terminer, cet extrait un peu plus long :

“To me the worst thing seems to be a school principally to work with methods of fear, force and artificial authority. Such treatment destroys the sound sentiments, the sincerity and the self-confidence of pupils and produces a subservient subject.

It is, in fact, nothing short of a miracle that the modern methods of education have not yet entirely strangled the holy curiosity of inquiry; for this delicate little plant, aside from stimulation, stands mainly in need of freedom; without this it goes to wrack and ruin without fail. It is a very grave mistake to think that the enjoyment of seeing and searching can be promoted by means of coercion and a sense of duty. To the contrary, I believe that it would be possible to rob even a healthy beast of prey of its voraciousness, if it were possible, with the aid of a whip, to force the beast to devour continuously, even when not hungry, especially if the food, handed out under such coercion, were to be selected accordingly.”

Alors, votre choix ?